BATTUE LA TERRE
2022

Deux personnes retournent une dernière fois sur le terrain de jeu qui a si souvent été le leur. 

Elles s’affrontent, se confrontent, se défient, se délient...

Elles tentent surtout de trouver, dans la puissance des corps qui luttent et d’un instant qui se réécrit sans cesse, le courage de se dire au revoir.

DATES DE CRÉATION :

DU 3 AU 5 JUIN 2022 | 20H 

au Tennis Club de Gravelone à Sion

réservations : compagnie.eteya@gmail.com

DU 7 AU 11 JUIN 2022 | 20H 

sur le court de tennis de Malévoz à Monthey

billetterie : www.crochetan.ch

DATES DE TOURNÉE :

SAMEDI 8 OCTOBRE 2022 | 20H

ouverture du festival FriScènes à Fribourg

infos et réservations : www.friscenes.ch

Distribution 

Conception et texte:

Lionel Fournier

Mise en scène: 

Lionel Fournier et Emmanuel Besnault

 

Jeu:

Chloé Zufferey et Lionel Fournier

Regard extérieur: 

Stéphanie Boll

Coaching tennis: 

Samuel Favre

Création musicale: 

Sétay & les Passiflores

Création sonore: 

Guillaume Rey

Régie son: 

Lionel Varrin

Co-production: 

Cie Étéya et Théâtre du Crochetan

Avec le soutien de:

Canton du Valais, Loterie Romande, Bourgeoisie de Sion, Fonds culturel de la Société Suisse des Auteurs et de l'Association professionnelle t., Fondation SIS, Maisons Mainou - Fondation Johnny Aubert-Tournier 

Le projet

BATTUE LA TERRE est un projet de création théâtrale conçu pour être joué sur un court de tennis.

Le texte, écrit par Lionel Fournier, raconte la fin d’une relation amoureuse entre deux personnes passionnées de tennis, qui se retrouvent pour jouer ensemble une dernière fois avant de se quitter. C’est l’occasion de se dire les choses les plus cruelles et les plus douces, de brasser tous les souvenirs et les ressentiments. Et puis de se questionner sur la nature même de l’amour et des relations amoureuses, décortiquer l’attachement, faire face à ses peurs et au vide bientôt créé par la solitude.

 

Avec la volonté de travailler à la frontière de la fiction et de la réalité, les comédien-ne-s jouent réellement au tennis durant le spectacle. Le postulat de la fiction est donc ainsi ramené de manière brute à la réalité.

 

Pour mener à bien ce défi les deux interprètes, Chloé Zufferey et Lionel Fournier, se sont entraîné·e·s pendant près d’un an avec un coach afin de développer la technique pure (le jeu) et de comprendre les enjeux et les ressorts psychologiques de ce sport.

Note d'intention

Ce projet est né d’une volonté de parler d’amour, de tenter d’analyser et de décortiquer l’attachement amoureux. Et à travers le prisme de cette histoire, s’interroger sur les rapports de couple, sur la nature de l’attachement, sur la dépendance et l’indépendance, sur les questionnements profonds et intimes que peut induire le rapport au couple dans notre société et à notre époque.

 

En plaçant les deux personnages dans cette réalité-là, celle du tennis, une parfaite situation de « face à face » leur est offerte. Un espace de parole et d’autonomie identique pour chacun·e.

 

Jouer ensemble une dernière fois, en sachant que c’est la dernière fois, est pratiquement un acte rituel pour exorciser la peine provoquée par la rupture. Jouer ensemble, oui, mais jouer surtout l’un·e contre l’autre, et chacun·e pour soi, à l’image sans doute de ce qu’a trop souvent été leur relation.

 

L’autre volonté était d’imaginer une oeuvre à la fois fictive et performative. Créer deux personnages qui se quittent en jouant une dernière fois au tennis, c’est le moyen d’ancrer cette histoire dans une réalité forte et concrète.

 

Désireux de ne pas tricher avec l'espace et avec le corps, et de ne pas mentir avec cette réalité-là, il m’est apparu évident de devoir être sur un vrai court de tennis et y jouer réellement.  Voir des interprètes se livrer à une action physique et sportive réelle, les voir se laisser changer et impacter par cette action, tout en laissant les personnages nous raconter une histoire intime et universelle. Explorer aussi la part d’aléatoire et d’imprévu que ce dispositif implique.

 

L'entraînement physique que nécessite une telle performance amène un aspect radical au projet, une radicalité qu'il me tient à coeur d'explorer dans mon travail, car elle permet à mon sens de s'engager entièrement dans l'acte théâtral et artistique.

 

En amenant la création théâtrale sur un court de tennis, la perspective d'attirer et de rencontrer de nouveaux publics sur le territoire se présente. Le théâtre n'est plus seulement un lieu réservé à une élite, c'est un acte, une action posée, à l'air libre, ancrée dans le réel et dans la vie. J'ai la conviction que des rencontres comme celle-ci ouvriront les portes des théâtres et des histoires à de nouveaux·elles spectateur·rice·s.

Lionel Fournier